Mon expérience : explorer les vies antérieures par l’Hypnose

Mon expérience : explorer les vies antérieures par l’Hypnose

En voilà un sujet bien controversé : le cycle de réincarnation. Je vous propose de m’accompagner, à travers les époques, dans mes vies antérieures dans la joie !

 

Généralités sur les Vies Antérieures

Je vais essayer d’expliquer simplement ce que je pense avoir compris de la réincarnation, faites preuve d’indulgence, d’ouverture d’esprit et n’hésitez pas à alimenter la conversation dans les commentaires, dans la bienveillance. Je vais commencer par évoquer, en guise de définition, une absolue platitude : les vies antérieures se rapportent aux vies qui auraient eu lieu avant notre vie actuelle. De nombreux systèmes spirituels évoquent ce principe de réincarnation selon lequel notre âme, après chaque mort, est réexpédiée sur Terre dans un nouveau corps afin de vivre une existence différente, plus ou moins conditionnée (ou impactée) par les actes commis lors de notre vie précédente ou pour expérimenter de nouvelles choses. Tous les systèmes de croyance en lien avec la réincarnation semblent exprimer l’idée que le but, pour l’âme, est de se libérer de ce cycle en acceptant et en se reconnectant à notre divinité intérieure.

Ce charmant bousier nous dit que son boulot n’est pas si différent de celui qu’il faisait dans sa vie antérieure d’humain. Courage, l’ami. 

Et parmi toutes les idées qui circulent sur les vies antérieures, de nombreuses personnes pensent que nous portons en nous, quelque part, les mémoires de nos vies passées et que l’hypnose serait un des moyens pour y accéder.

 

Vis ma vie – Edition Hypnose

Lors de ma formation à l’hypnose, notre formateur n’avait que très brièvement évoqué le sujet des vies antérieures. Les recommandations sont simples : si quelqu’un veut explorer ou travailler sur ses vies antérieures, il vaut mieux l’en dissuader, essayer autre chose et revenir aux vies antérieures uniquement si le reste des protocoles a échoué. La raison énoncée est simple : si jamais la personne s’associe à sa personnalité antérieure, elle peut rapporter, dans sa vie actuelle, un mal-être ou une pathologie du passé. Brrr, ça fait flipper !

Grave.

Et pourtant, bien qu’on m’ait présenté l’exploration des vies antérieures par l’hypnose comme une sorte de dernier recours, la petite anecdote du formateur à ce sujet racontait l’histoire d’un adolescent qui avait mal au genou sans raison médicale apparente et qui, en explorant ses vies antérieures, avait découvert qu’il était autrefois une star d’une équipe de basket universitaire qui s’était définitivement éclaté le même genou, l’empêchant ainsi d’entrer dans une ligue majeure et le condamnant, au passage, à une vie triste et boitillante. Troublant, right ?

J’ai donc évité ce genre d’expériences jusqu’à ce que je lise le livre Voyage dans les Vies Antérieures du Dr. Raymond Moody – un professeur doublé d’un homme horriblement condescendant envers les autres thérapies alternatives pour un type qui parle de vies antérieures – et qui a mené, dans son temps, une large étude sur les vies antérieures de ses étudiants grâce à l’Hypnose. Son livre documente avec une grande précision les témoignages des universitaires qui ont été, dans une autre vie, citoyens de Rome, colons embarqués sur le MayFlower ou encore paysans dans la Chine médiévale.

Cliquez sur le livre si vous souhaitez, vous aussi, vous le procurer 🙂 

Ce livre a quelque peu attisé mon intérêt pour l’exploration des vies antérieures. Parmi ses observations, le Professeur Moody (qui n’a, à ma connaissance, aucun lien de parenté avec ce type), explique qu’aucun élève n’avait le souvenir de la vie d’une figure importante de l’histoire (Napoléon, Cléopâtre ou autres Gengis Khan) et que chacun avait vécu une mémoire d’un homme ou d’une femme du commun. Moody observe également que la plupart des participants aux expériences d’exploration des vies antérieures par l’hypnose revivent ou ont un souvenir plus ou moins distinct et instinctif de la mort de leurs alter-ego du passé.

Par la suite, j’ai lu pas mal de choses plus ou moins fantasques. Puis, j’ai bravé le tabou de ma formation : j’ai essayé sur moi-même, avec l’auto-hypnose, afin de voir si je portais, moi aussi, les mémoires de mes vies antérieures.

 

Retour vers le futur

J’ai donc pris beaucoup de précautions afin d’éviter de ramener un éventuel mal-être du passé, une sécurité qui a porté ses fruits. Je n’avais pas vraiment d’objectif particulier lors de ces expériences, j’ai simplement demandé à mon Inconscient de sélectionner la mémoire qui correspondait le plus à mes préoccupations du moment. J’ai laissé plusieurs mois s’écouler entre chaque expérience.

  • Lors de ma première expérience, je me suis retrouvé en Colombie Britannique, une province de l’Ouest du Canada, vers 1890. J’étais une femme, d’origine modeste qui observait avec un grand désespoir les restes fumants d’une maison coloniale en bois, un terrain agricole mort et les tombes d’un homme et d’un enfant. Ô joie !
  • A en croire ma seconde vie antérieure, j’étais autrefois un citoyen romain, harangueur de foules, opposant à la république. Tellement harangueur, d’ailleurs, que deux individus peu recommandables m’avaient bousculé dans une petite ruelle pour me trancher la gorge. Aïe.
  • Ma troisième expérience m’a transporté à l’époque des grands seigneurs Turcs Ottomans, contemporains de l’empereur Soliman le Magnifique. J’étais l’un d’entre eux, certainement si riche que l’empereur, afin d’écarter une éventuelle menace, m’avait dépossédé de toutes mes richesses. Dans sa grande mansuétude, pour bons services rendus, il m’avait laissé partir vivant avec ma famille, juste pour tomber dans une embuscade, un peu plus loin, tendue par des bandits de grand chemin. Nous sommes morts comme des moins que rien. Encore une fois, c’est la fête.

 

Ces trois brèves expériences m’ont permis d’observer deux-trois choses.

  • Lors des hypnose, les images, les sons et les sensations semblaient aussi réelles pour moi que ce que j’expérimente au quotidien. Néanmoins, je n’ai pas ressenti la douleur physique lors de la mort de ces personnages, simplement une sorte de mélancolie, de résignation, comme si un attachement s’était brisé.
  • Le déroulement des mémoires me semblait très instinctif, dans le sens où tout s’enchaînait très naturellement. J’avais l’impression de connaître mon nom, le nom et l’identité de mes différents interlocuteurs. J’avais une certaine conscience immédiate de l’endroit et de l’époque où je me trouvais, ainsi qu’une connaissance de mon passé intégral, bien que j’ai “revécu” un seul moment à chaque fois.
  • Pour le coup, les expériences que j’ai vécu étaient véritablement connectées avec mes préoccupations au moment où je les ai effectuées.
  • J’ai quand même eu droit à quelques fantaisies de la part de mon Inconscient lors des expériences, notamment quelques effets cinématiques : ton sépia, ralentis, flash forward, effets de transitions et une image métaphorique lorsque mon alter-ego ottoman s’est dispersé comme un nuage de sable lors d’une bourrasque au moment de sa mort.

 

Le débat de fond

Les régressions en vie antérieure par l’hypnose sont fascinantes, lorsqu’elles sont effectuées avec beaucoup de précautions et dans un cadre sécurisant. Je décourage d’ailleurs toutes les personnes qui souhaitent le faire seules et je leur recommande d’aller chercher conseil auprès d’un thérapeute qualifié.

Ce que j’ai volontairement omis de préciser dans le début de cet article, c’est qu’il y a un débat de fond sur l’utilisation de l’Hypnose dans le cadre des régressions en vie antérieure. Nous savons tous que notre Inconscient est comme un puissant ordinateur, qui enregistre tous les paramètres de notre expérience de la vie et qui est également capable de générer d’incroyables simulations qui reprennent ces paramètres du réel.

La question qui se pose est la suivante et elle repose autant sur notre incertitude vis à vis de l’authenticité du concept des vies antérieures que sur l’incompréhension de nos propres fonctionnements intérieurs : sous hypnose, revivons-nous vraiment les mémoires d’une vie antérieure qui a véritablement existé ou avons nous seulement l’impression de vivre une mémoire d’une vie antérieure que nous créons de toutes pièces et qui est, plus ou moins, une transposition de ce que nous vivons dans la réalité actuelle ?

Mind = blown.

A ce jour, je suis bien incapable de dire si j’ai véritablement revécu un souvenir d’une vie antérieure grâce à l’hypnose. D’ailleurs, vous remarquerez qu’à aucun moment de cet article je n’ai exprimé mon avis sur le concept des vies antérieures. En vérité, puisque je suis incapable de prouver que cela existe, tout comme je suis incapable de prouver que cela n’existe pas, je reste donc un observateur neutre et curieux. Je n’ai pas d’avis figé, ce qui reviendrait à se fermer à toutes les possibilités, ce que j’évite généralement de faire et c’est un principe sur lequel j’insiste énormément lors des formations que j’anime. Ce que je sais, par rapport à ces trois régressions, c’est que j’ai vécu, à chaque fois, une belle expérience qui m’a donné de l’Information sur des problématiques réelles, ce qui a pu me permettre, éventuellement, de surmonter des difficultés.

La seule certitude que j’ai au sujet de l’exploration des vies antérieures par l’hypnose, c’est que, authentiques ou non, je continuerai à explorer les miennes !

J’irai même plus loin : si une personne me demande un jour, en consultation, d’explorer ses vies antérieures, je ne refuserai pas. Peu importe ce que peuvent dire les conventions que les formateurs entretiennent, je pense que si le protocole est bien mené, c’est un processus thérapeutique tout à fait valable qui est susceptible d’apporter de l’information. Je comprends, de la part de l’Hypnose, le désir d’éloignement de tout ce qui peut paraître “bizarre” ou “mystique”, synonyme de “dangereux” dans l’esprit du grand public. Mais lorsque tout est bien expliqué et mis à plat entre le praticien et le consultant, par rapport au débat de fond sur la question de l’incertitude de l’exploration des vies antérieures par l’hypnose, cela permet de considérer l’expérience telle qu’elle est vraiment au niveau fondamentale : une simple et une belle expérience de connaissance de soi.

 

Et vous, avez vous déjà exploré des mémoires d’une vie antérieure ? 🙂

Quentin

This Post Has 7 Comments

  1. J’ai de plus en plus envie d’essayer!!! Bientôt peut-être

    1. Peut-être 🙂
      Les séances de régression sont interactives et je suis généralement assez curieux, moi aussi, de découvrir les “mémoires” que porte une personne.

  2. Bjr
    Très intéressant votre article
    Pour ma part j’ai explorė 5 vies antérieures dont 3 M ont faîtes comprendre pourquoi mes appréhensions ou peurs dans ma vie actuelle. C’est une merveilleuse expérience.
    1 fois j’étais en sémi hypnose et les autres fois en méditation profonde.
    Ça m’a bcq apporter. Je tiens aussi à souligner que quand j’en étais en semi hypnose s était volontaire et avec un praticien qui M accompagnait tandis qu’en méditation s est venu sans que je M y attende en réponse aux questions que je me posais en ce moment là.
    Merci pour votre article que je vais partager.

    1. Bonjour Bénito,
      Vous faites bien de préciser qu’il existe d’autres moyens de manifester ces mémoires. Je n’ai pas beaucoup insisté sur ce point dans l’article, étant donné que je n’ai pas moi-même fait l’expérience d’une régression spontanée en vie antérieure lors d’une méditation.
      En tout cas, je vous remercie pour votre témoignage qui pourra certainement inspirer d’autres personnes à s’interroger et à explorer de nouvelles pistes d’évolution personnelle. Super 😉

  3. Merci Quentin pour votre article. J’avais 6 ans quand j’ai fait ce qu’on appelle un cauchemard. II était question de guerre et de drapeau japonais avec des avions. Plus tard, j’ai appris que c’était des Zéro. Et il y a qq semaines, en pleine journée, au court d’une méditation active, mon rêves reprit. A 48 ans, j’ai découvert et compris ce rêve. J’ai décidé de me sacrifier, en tant que kamikaze, en me jettant dans l’eau avec mon avion, parce que je ne pouvais tuer personne de mes ” ennemis”. J’ai compris ma terreur depuis toujours, devant les hélices autant d’avions, que de bateaux ou d’éoliennes.Et puis, Tuer des personnes étaient contraire à mon éthique parce que j’avais “avant” mais avant quoi?? été un moine bouddhiste dans un monastère qui priait pour le bien de toute l’humanité. Alors je me suis sacrifiée! L’hélice me terrifiant tout a pris fin. Je suis sortie de cet fin de rêve.
    Les soirs, à l’endormissement, qui ont suivi, je retombais au même endroit mais j’étais terrifiée. J’ai demandé pour être accompagné pour la suite par mes guides mais rien ne s’est représenté depuis. J’ai peur de découvrir la suite et en même temps je suis impatiente de savoir ce qui m’a mené jusque là. Est ce que ce sont 2 vies d’avant??
    Je pense que oui sans expliquer plus. Et les portes du temps se sont ouvertes. L’expérience montrait une grande souffrance moral et un choix douloureux de prendre ma propre vie. Mais c’est vraiment qui je suis encore aujourd’hui. Hyper empathe et désirant le bien des autres qq fois à mon détrimant. Voici mon expérience. VL

    1. Bonsoir Virginie et merci à vous pour cet incroyable témoignage très détaillé ! 😀

      Je pense que vous êtes mieux placée que moi pour répondre à la question “est ce que ce sont deux vies d’avant ?” comme vous l’avez fait. Pour simplifier, si cette impression fait sens pour vous dans toutes vos cellules, même sans chercher plus que ça à l’expliquer, c’est que c’est probablement la bonne. En tous les cas, dans le cadre d’un travail thérapeutique, je n’essaierai pas de chercher plus loin que cela une autre explication, le support au changement est tout trouvé 😉

      Ce témoignage fait, à mon sens, énormément écho à la notion qui dit que nous pouvons conserver des “séquelles” de nos vies antérieures et que, lorsque nous avons identifié la source de nos problématiques et que nous les avons reliées à une vie antérieure éventuelle, il est alors facile, en théorie, de “rendre à notre alter-ego antérieur ce qui ne nous appartient pas” et qui génère des inconforts dans le présent. Je serai particulièrement curieux de voir les effets d’un tel travail 🙂

      Encore merci Virginie.

Leave a Reply

Close Menu