Un outil très simple pour se libérer des attachements en deux minutes : les Bonhommes Allumettes

Un outil très simple pour se libérer des attachements en deux minutes : les Bonhommes Allumettes

Le talent, en ce qui concerne le dessin, est totalement optionnel.

Initialement lancé par Jacques Martel – une sommité canadienne du petit monde des thérapeutes – ces petits bonshommes allumettes ont largement déambulé sur facebook et les autres réseaux du même genre il y a quelques temps. Au cas ou vous auriez raté le coche et les bienfaits que ce petit exercice peut engendrer, voici le cours de rattrapage des petits bonshommes allumettes. Sortez vos crayons de couleur !

Les bienfaits :

Cette petite méthode permet de :

  • se libérer des attachements conscients et inconscients, qui sont la source de la souffrance dans beaucoup de courants spirituels.
  • résoudre des situations de conflit
  • se remettre d’une séparation, d’un abandon, d’un deuil
  • lâcher prise sur une situation complexe ou un projet laborieux

Ce qui, entre nous, représente beaucoup de nos souffrances quotidiennes, simplement parce que nos attachements toxiques drainent nos ressources, notre énergie, notre joie de vivre, notre attention, notre paix intérieure.

Cette petite méthode permet de travailler le lien entre : 

  • Soi-même et une autre personne
  • Soi-même et un autre état ou une autre partie de soi
  • Soi-même et une pensée
  • Soi-même et du matériel

Vous remarquerez que vous serez toujours au centre du travail. On ne peut pas travailler sur deux personnes extérieures à soi, cet outil ne fonctionne que si on est soi-même impliqué dans ce lien d’attachement.

Comme beaucoup d’outils pratiques de ce genre, la simplicité de ce petit exercice le rend très beau. Son efficacité repose sur sa puissance symbolique au niveau Inconscient… Et vous comprendrez pourquoi ci-dessous.

Comment faire ?

Vous allez voir, c’est très simple. La lecture de ces 7 étapes vous prendra certainement plus de temps que la réalisation de votre oeuvre d’art. Vous avez simplement besoin d’une feuille de papier (format au choix), d’une paire de ciseaux et d’au moins un stylo (ou une trousse de crayons de couleur, selon vos préférences).

  1. Commencez par vous dessiner, à gauche de la feuille, avec un grand sourire sur le visage. L’exercice se nomme les bonhommes allumettes parce que le niveau de détail ne doit pas nécessairement dépasser le style d’un enfant de 4 ans. Libre à vous, si vous le souhaitez, d’en faire plus que ce qui est demandé. Ajoutez ensuite votre prénom et l’initiale de votre nom de famille sous ce premier personnage.
  2. Dessinez, de l’autre côté de la feuille, un autre bonhomme allumette qui sourit. Ce personnage symbolise la personne ou l’état avec lequel vous souhaitez rompre votre lien toxique. Il est capital de faire sourire également ce personnage, peu importe qui il est ou qui il représente à vos yeux. Ajoutez ensuite, sous ce bonhomme, le prénom et l’initiale du nom de famille de la personne concernée. Si c’est une situation, faites simplement un rectangle dans lequel vous écrirez un mot qui, selon vous, résume la situation.
  3. Dessinez un soleil autour de vous, pour mettre en lumière ce que vous souhaitez de bon pour vous.
  4. Dessinez un soleil autour de l’autre, ou de la situation, pour symboliser ce que vous souhaitez de bon pour l’autre.
  5. Dessinez un soleil qui englobe les deux personnages, sans intention précise à part résoudre la situation de la meilleure manière possible pour les deux protagonistes.
  6. Cela se complique : tracez les liens qui relient les deux personnages au niveau des 7 chakras. La couleur est optionnelle, mais appréciée car elle renforce la symbolique. Dans l’ordre, de bas en haut : le sacrum, le nombril, le plexus, le coeur, la gorge, le front et le sommet du crâne (vous pouvez aussi simplement recopier le dessin ci-dessous).
  7. Enfin, prenez une paire de ciseaux et coupez la feuille en plein milieu, de manière à couper les liens qui relient les deux personnages. Vous pourrez ensuite jeter les deux papiers, ils ne sont pas importants.

alumette1Votre dessin devrait plus ou moins ressembler à ça avant l’étape 7

Certaines personnes vont ressentir une délivrance instantanément au niveau émotionnel, chez d’autres personnes, cela va se manifester plus tard ou d’une autre manière. Le plus important, c’est de faire cet exercice en pleine conscience.

J’espère que vous avez apprécié ce petit atelier dessin thérapeutique, qui m’aura, personnellement, beaucoup aidé. Si c’est aussi le cas pour vous, je vous invite à partager vos ressentis dans les commentaires.

Bon dessin et à bientôt !
Quentin Herrera.

This Post Has 2 Comments

  1. ça m’a brisé le cœur de couper la feuille

    1. Bonjour Cyril,
      Ce type de réaction est tout à fait normal. J’ai moi-même eu du mal à couper quelques liens, y compris dans des relations que j’entretiens toujours. Ce qu’il faut vraiment considérer, c’est que l’on symbolise et on coupe les liens toxiques. Ce faisant, on se débarrasse du superflu et de l’indésirable : rancœur, possessivité, colère, tristesse, soumission, blessures d’abandon, rejet, humiliation, trahison, injustice (etc.) et on permet d’instaurer un nouveau contexte : lâcher-prise, pardon, paix, amour…

      Si cela vous a brisé le cœur, c’est que vous aviez manifestement besoin de ce petit exercice pour conscientiser ou extérioriser un malaise ou une blessure. Même si, au fond, on ne fait que faire un petit dessin, cela demande beaucoup de courage et de volonté de couper symboliquement ces liens lorsque l’on effectue ce travail en pleine conscience. J’espère sincèrement que vous pourrez observer un mieux-être par rapport à la situation sur laquelle vous êtes intervenu 🙂

Leave a Reply

Close Menu